• "Lacan, envers et contre tout" d'Elisabeth Roudinesco

    J'avais lu quelques chapitres du "Jacques Lacan", biographie d'Elisabeth Roudinesco, et je me suis demandé ce qu'il y avait de nouveau dans son opuscule "Lacan, envers et contre tout" publié en 2011... Il semblerait que l'historienne ait simplement voulu faire une piqûre de rappel suite aux parutions du Livre Noir de la psychanalyse et du brûlot d'Onfray. Son petit livre est vraiment intéressant pour qui ne se sent pas la force d'entrer dans son volumineux "Jacques Lacan - Esquisse d'une vie, histoire d'un système de pensée."

    L'image donnée de l'homme Lacan n'y est toujours pas très réjouissante (ré-jouit-sante, aurait-il lui même prononcé...) Une espèce de politicien très menteur, qui avance demi masqué (expression utilisée à mainte reprises par l'auteur), une espèce de DSK qui avait du mal à maîtriser ses pulsions et que cela angoissait... C'est Heidegger lui-même qui avait écrit au psychiatre Médard Boss à propos de Lacan : "Il me semble que le psychiatre a besoin d'un psychiatre". (3) (p. 306)

    Et qu'a apporté Lacan à la psychanalyse?

    Il y a mis de la philosophie (Kant, Hegel, Heidegger) de la linguistique (Saussure) et du structuralisme (Claude Lévi-Strauss), et même un peu de Sade... Il a développé le stade du miroir qu'Henri Wallon avait découvert avant lui, et déclamé que l'inconscient était structuré comme un langage. Tout cela est fort intéressant, mais a abouti à quoi?
    D'aucuns affirment que tout cela aurait fait de la psychanalyse une science. Je ne le crois pas personnellement. Je partagerais plutôt cet avis de Louis Althusser: "Qu'a donc fait Lacan? Il est parti à la recherche d'une théorie scientifique de l'inconscient, il a voulu faire ce que Freud n'avait pas pu faire, - et au lieu d'une théorie scientifique de l'inconscient, il a donné au monde étonné une philosophie de la psychanalyse (...)" et il ajoutera plus loin que c'est une philosophie "sans objet". (1)
    Dans une lettre à Elisabeth Roudinesco (lettre envoyée suite aux critiques de cette dernière sur ce texte (1), critiques demandées par Althusser), le philosophe écrit: "Il n'est pas question de dénier tout ce qu'on doit à Lacan, mais à juger des effets par les causes, ils sont souvent nuls ou de la dernière confusion, (...)" (2)
    Voilà bien résumé l'opinion que je porte moi-même sur Lacan et son oeuvre.
    Ceci dit, Elisabeth Roudinesco ne porte pas le même jugement que moi, car elle écrit dans son "Jacques Lacan" (3): "Cette magnifique opération théorique, par laquelle Lacan dotait la doctrine psychanalytique d'une théorie cartésienne" du sujet et d'une conception "postsaussurienne" de l'inconscient, (...)" (p. 358) 

    Je dois rendre hommage à Elisabeth Roudinesco, qui est une historienne remarquable, et qui, aussi bien dans son "Jacques Lacan" (3) que dans ce petit livre "Lacan, envers et contre tout" met tout sur la table, et place Lacan dans la position de l'analysant (c'est ainsi que les lacaniens appellent le patient analysé)...
    Bravo ! Car grâce à elle, Lacan peut devenir accessible. 

     

    (1) Dans le texte "La découverte du docteur Freud" publié dans le recueil de textes d'Althusser : "Ecrits sur la psychanalyse - Freud et Lacan" Chez STOCK/IMEC... Page 203
    (2) Cette lettre d'Elisabeth Roudinesco est publiée pages 220 et 221 de ce même ouvrage.
    (3) "Jacques Lacan - Esquisse d'une vie, histoire d'un système de pensée" d'Elisabeth Roudinesco chez Fayad (1993)


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :