• L'art de la nouvelle (3)

    Nous avons vu l'entame dans les deux articles précédents.
    Je rajouterai une réflexion sur ce point. Quand l'entame est originale, frappante, c'est un atout. Mais il y a quand même une condition. Il faut que le sens de l'entame donne une idée de l'histoire et que ce sens soit poursuivi ensuite. Sinon, c'est catastrophique. C'est pourquoi, bien des auteurs font des entames médiocres par peur de se planter...


    Venons-en maintenant au corps de l'histoire.
    C'est une nouvelle et donc il faut savoir à la fois être bref sans pour autant devenir schématique. Cela c'est assez simple. Il faut donc avoir une bonne histoire à raconter sans fioritures. Quand l'histoire n'a pas beaucoup d'intérêt (car alors l'auteur manque d'imagination), eh bien il tombe dans l'erreur classique de meubler son texte d'éléments inutiles, qui peuvent avoir un intérêt dans un roman ou une novella car ces fioritures permettent de mettre de l'ambiance... Ici dans la nouvelle, elles lassent le lecteur.
    Prenons un exemple dans l'anthologie « moissons futures » de Daniel Conrad.
    La nouvelle de Francis Valéry Un temps pour tout est bourrée de fioritures inutiles et lassantes. Elle est même exclusivement composée de cela, de descriptions, de « David se lève, se couche, regarde, se promène » etc... un "art nouveau" de la nouvelle ???
    Je résumerai cette nouvelle par une phrase que j'y ai trouvée et que je vous livre : « Il s'était attendu à quelque chose. Il ne savait pas quoi. Juste quelque chose. Mais il ne se passait rien... » (Page 126)
    Eh bien ! l'auteur a résumé lui-même l'insignifiance de son texte...

    La prochaine fois je vous parlerai du personnage dans l'art de la nouvelle... J'utiliserai comme exemple mon maître : Henry James.

    Pour vous mettre l'eau à la bouche voici l'entame de sa nouvelle "L'autel des morts" (in Stock Bibliothèque cosmopolite) :
    "Il avait une mortelle aversion, le malheureux Stransom, pour les anniversaires pauvrement célébrés, et il les supportait encore moins lorsque leur faste était simulé."

    Traduction : Diane de Margerie


  • Commentaires

    1
    Mercredi 26 Juillet 2006 à 09:20
    L'entame
    Ah cher Alain, quel théoricien de l'entame ! Et quel acharnement sur "Moissons futures" (et en plus elle se vend !). Néanmoins, voici cinq entames de nouvelles : La nuit était triste. La fille était très jolie. C’était un enfant étrange. Le temps est gris, bas, triste. « T’as vu ce que j’amène » Je ne vais pas ironiser sur chacune d'elle, c'est un exercice trop facile. Ces cinq entames de nouvelles (de qualité fort médiocre) sont signées : ALAIN PELOSATO. C'est plus facile de théoriser que de mettre en pratique, hein cher Alain ? Bien à toi, Daniel Conrad
    2
    Mercredi 26 Juillet 2006 à 11:41
    entames
    Mon cher Daniel-Yannick, C'est pas de l'acharnement. Je ne me fatigue pas à lire les écrits du fandom, à juste titre, car c'est en général très médiocre(1). Par amitié pour toi, et suite à ton coup de fil, je me suis forcé à lire ce recueil et la rage m'a pris contre toi de m'avoir un peu obligé à ce calvaire littéraire... Quant à mes entames que tu cites elles sont justement de très bonnes introductions à l'histoire... (1)J'ai été éditeur et je sais de quoi je parle...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :