• Hommage à Paul Carpita

    Je viens de lire le livre "Paul Carpita Cinéaste franc-tireur"

    Un livre d'entretien de mon regretté ami Paul avec un jeune cinéaste Pascal Tessaud.
    Je l'ai lu avec beaucoup d'émotions, car j'y ai retrouvé l'homme avec qui j'ai travaillé plusieurs années sur des films "institutionnels" (c'est comme cela qu'ils appellent ces films dans le livre) : Vallée du Rhône la colère et Le Rhône la mer danger Pollution, films de lutte contre les pollutions du fleuve, et aussi "Givors ma ville" film sur les réalisations communales. Ce fut sur une période de 10 ans entre 1977 et 1988. 
    Travailler avec lui m'a renforcé dans mes convictions de créateur: la caméra stylo et l'écriture automatique...Merci à toi Paul de m'avoir endurci dans cette lutte sans fin avec soi-même.

    C'est dans les années 80, alors que nous tournions "Le Rhône, la mer danger pollution" , qu'il m'a parlé de la découverte de son film censuré : "Le Rendez-vous des quais". Ce film de fiction, le premier long-métrage qu'il a tourné caméra à l'épaule entre 1950 et 1955 alors qu'il était instituteur, raconte une grève des dockers de Marseille pendant la guerre d'Indochine. Un film sur la classe ouvrière, sur les gens d'en bas, avec leur vie et leurs luttes. Tous les acteurs étaient des acteurs amateurs, des gens qui jouaient leur propre rôle. Ce film a été interdit (quand on le regarde maintenanrt on se demande comment ce fut possible, mais Paul l'explique bien dans le livre...) et... détruit ! Du moins l'avait-on fait croire à Paul... Pendant plus de 30 ans, Paul a vécu avec cette blessure qui saignait de la disparition de son film. Mais le film a été retrouvé en 1983-1984. Cette recherche est toute une aventure que Paul raconte avec beaucoup d'émotions. J'ai vécu avec lui cette partie de sa vie étonnante, mêlée de joies et de pleurs... J'ai vécu et organisé pour lui des projections de ce film suivies de débats au cours desquels il racontait le tournage. Une éxpérience exceptionnelle, dont bien des Givordines et des Givordins doivent se souvenir.

    Paul a vécu aussi une autre douleur: la trahison du Parti communiste. Lisez le livre vous comprendrez. J'ai d'ailleurs publié sur mon site perso un mémoire d'étudiant sur cette censure par le parti communiste :

    http://www.alainpelosato.com/CARPITA.pdf

    Le livre est toujours en vente, par exemple chez Amazon

    http://www.amazon.fr/Carpita-Cineaste-Franc-Tireur-Pascal-Tessaud/dp/2915830231/

    Hommage à Paul Carpita


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :