• Dimension Espagne : anthologie de SF espagnole : l'art de l'entame

    Dimension Espagne : anthologie de SF espagnole
    Présentée par Sylvie Miller (qui a également traduit les textes)
    Editions Rivière Blanche

    Je poursuis mon étude sur les entames dans les nouvelles.
    J'ai reçu cette anthologie de SF espagnole que je vais lire soigneusement et chroniquer dans le prochain numéro (le N° 50) de Sfmag.
    Mais ici je voudrais revenir sur l'entame. Avant de lire les nouvelles je « consulte » les entames, c'est-à-dire les toutes premières phrases de la nouvelle. Cette entame est importante car elle va donner envie au lecteur de lire la nouvelle ou alors de s'enfuir!
    Voici donc les entames.
    - Trois nouvelles de Juan Miguel Aguilera qui est aussi illustrateur de la couverture.
    La Forêt de glace
    « J'ouvris les yeux et je vis Manuel flotter au milieu de la chambre ».
    Excellent non ? Cela donne envie de savoir pourquoi, qui, comment et où ? Non ?
    Dernière visite avant le Christ
    « La jeune femme saisit le verre. Tequila citron. »
    Très nul ! Quand un auteur commence par faire saisir son verre ou sa tasse par un personnage c'est que franchement il ne sait pas comment commencer !
    Voyage au centre de l'univers.
    Cette nouvelle commence par une citation de Teilhard de Chardin dans laquelle il prie Dieu de le faire devenir évangéliste du Cosmos. Puis voici la première phrase de la nouvelle :
    « A l'heure dite, je me présentai devant la résidence située au numéro un de la rue Charles Dubois. »
    Excellent ce contraste entre la citation et la première phrase. On sourit et on a envie de continuer à lire...
    - Une nouvelle de Elia Barcelo
    Les Réapparus
    « Lorsque je suis tombé amoureux de Mabel, j'ignorais qu'elle était morte. »
    Pas mal, ça met dans l'ambiance...
    - Une nouvelle de Victor Conde
    Le Fil de l'épée de bois

    « En tirant le loquet de la grille rouillée de son jardin, le Patriarche découvrit qu'il avait des taches de sang sur les mains."
    Ah ! J'adore. Voilà l'entame idéale de la nouvelle : pleine de mystère, de curiosité, d'amour du récit mystérieux et de la littérature...
    - Une nouvelle de Daniel Mares
    Champs d'automne

    « La première fois qu'on m'a parlé des Champs d'automne, je devais avoir soixante et un ans. »
    Très bien aussi, de manière différente. Ici l'entame ne suscite pas seulement la curiosité elle donne en une seule phrase plusieurs informations. »
    - Une nouvelle de Rafael Marin
    Mein Führer

    « Manfred Vogelweide avance d'un pas, s'arrête, claque les talons de ses bottes en cuir verni et déclare: «  Compagnons, nous tenons dans nos mains le pouvoir de changer le cours de l'histoire! »
    Le gars s'est donné du mal, OK, mais néanmoins je trouve l'entame un peu niaise. Pas mal quand même...
    - Deux nouvelles de Rodolfo Martinez
    Il traverse le désert

    « Il traverse le désert et sur son chemin le silence se referme comme un linceul autour d'un cadavre désespéré. »
    Pas terrible, hein ? D'abord, il répète le titre en premier, on s'ennuie déjà, et ensuite le texte est d'un ampoulé...
    La Route
    « Le chemin continue inexorable. »
    Même remarque que précédemment hein ! Rodolfo faudra améliorer tes entames...
    - Deux nouvelles d'Eduardo Vaquerizo
    Les Chemins du rêve

    « Ils voguaient dans la lumière froide des étoiles. »
    Aïe ! Ça c'est vraiment d'un banal...
    Une Terre pleine de question
    « Les robots cheminaient dans la forêt, avec, à leur tête le plus récent. »
    Ouais... Cette entame ne pose pas vraiment de questions contrairement à ce qu'affirme le titre.

    Voilà !
    J'espère ne pas vous avoir dégoûté de lire cette antho, car vraiment, je vous conseille de la lire !
    Le site de l'éditeur :
    http://www.riviereblanche.com

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :